Le symbolisme psycho-spirituel de la scène de l’Annonciation

Par Christina Sergi, Ph.D., yogacharya

annonciation-1
Figure 1 – James Tissot (1895) Annonciation
annonciation-2
Figure 2 – Henry Ossawa Tanner (1898) Annonciation

Prélude :

Les textes sacrés issus des diverses traditions religieuses ont pour fonction de dépeindre des enseignements spirituels permettant à l’être humain de capter les grands mystères de son existence et de sa raison d’être unique. C’est ainsi que certains récits bibliques, au-delà de leur sens local et traditionnel fourni par la tradition religieuse, constituent de puissantes mises en scènes symboliques exprimant le chemin intérieur de l’éveil. La scène de l’Annonciation en est un exemple.

Le récit : mise en contexte

Pour ceux et celles qui ne sont pas familiers avec ce récit, l’Annonciation (Lc 1, 26-38) raconte l’histoire d’une jeune femme du nom de Marie qui reçoit la visite d’un ange (Gabriel) qui vient lui annoncer qu’elle enfantera un grand être qu’elle nommera Jésus. L’ange lui annonce aussi que sa cousine Élisabeth, malgré son âge avancé, est déjà à six mois de grossesse.

Le motif de l’immaculée conception ou conception et naissance miraculeuse que nous retrouvons dans le récit n’est pas unique à la tradition chrétienne. Nous le retrouvons dans d’autres mythes-récits spirituels plus anciens tels que celui du Bouddha, de Krishna, d’Horus et d’autres récits issus de la mythologie grecque. C’est en ce sens que la récurrence de ce motif dans diverses cultures et traditions pointe vers un sens trans-religieux, c’est-à-dire vers un sens spirituel universel lié à l’expression et à l’expérience de la vie de l’âme dans son processus d’incarnation et d’évolution terrestre.

La scène de l’Annonciation ou l’expérience spirituelle du contact avec un au-delà de Soi
D’abord qu’est ce qu’une expérience spirituelle ? De manière générale, il s’agit d’une ouverture de la conscience à une réalité plus subtile, vaste ou transcendante, porteuse d’une information ou d’un savoir non perceptible jusqu’ici par nos sens ou notre entendement. C’est exactement ce que vit Marie dans la scène de l’Annonciation. Elle capte une information qui sera par la suite vérifiable par les sens et qui lui révèle aussi les infinies potentialités divines sous-jacentes aux phénomènes visibles : « L’esprit saint descendra sur toi et te couvrira de son ombre » lui affirme l’ange.

Pour saisir une telle information supérieure, le niveau rationnel doit être mis en veilleuse, ouvrant ainsi la voie à une compréhension plus intuitive, plus globale de la réalité. La pratique régulière de la méditation trace une voie d’ouverture et d’éveil à cette perception élargie qui nous met davantage en contact avec qui nous sommes vraiment, au-delà de notre habituelle identification à notre « je » local, à notre personnalité. Elle éveille les facultés de l’âme (l’intuition, la claire-vision, la claire-audience, etc.) qui permettent de recevoir guidance et messages pour notre chemin de vie. Dans le récit de l’Annonciation, Marie voit un ange (claire-vision), entend ses paroles (claire-audience) et comprend le message avec son cœur (intuition) en répondant à l’ange : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il en advienne selon tes paroles. » Lorsque l’expérience intérieure est acceptée et prise en compte par le conscient, le « Je », la personnalité, collaborera à la croissance de l’âme en dépassant ses zones habituelles de perceptions, d’idées ou croyances reçues et devient le serviteur du « Très-Haut ». C’est ainsi que l’expérience spirituelle de Marie la propulse vers la manifestation de son unique destinée transpersonnelle et la motive à entreprendre un voyage pour aller visiter sa cousine Élisabeth. En ce sens, le récit de l’Annonciation nous invite à nous laisser imprégner par l’esprit universel de Vie, qui insuffle en nous une Vie nouvelle, vécue sous la guidance de notre Soi profond, notre ange, guide ou maître intérieur.

Marie ou l’aspect féminin de l’être

Marie symbolise l’aspect féminin de notre être qui pourvoit au besoin de notre âme. L’aspect féminin en soi peut, à l’image de Marie, se présenter, comme étant à la fois vierge et mère, ce qui au niveau rationnel semble contradictoire mais qui au niveau spirituel révèle une réalité profonde, plus complète, unifiée.

Au niveau spirituel, l’état de virginité renvoie à un état psychique de pureté nécessaire à l’éveil spirituel qui favorise la réception des énergies supérieures de l’Esprit. Cela signifie ne pas être pollué par les désirs égoïstes et volontés personnelles du « je » local, (d’où l’importance accordée dans le yoga à la pratique des yamas et niyamas) afin que le moi conscient devienne serviteur du Soi profond et divin. Lorsque nous faisons cela, nous devenons une Mère spirituelle pour nous-mêmes, car nous prenons en compte notre Soi profond, qui nous sauvera d’une vie superficielle et sans signification supérieure. C’est donc dire qu’au niveau spirituel, c’est l’aspect féminin maternel et vierge en soi qui permet de naitre à qui nous sommes vraiment. Cette mère intérieure prend aussi le rôle de sage-femme (comme Marie le fera auprès de sa cousine Élisabeth), parce qu’en vivant ce chemin d’éveil à notre Soi profond, nous pouvons aider d’autres à « accoucher » de ce qu’ils portent de divin en eux-mêmes.

L’ange, symbole du Soi profond

Au niveau psychologique et symbolique, l’ange représente la partie la plus élevée et pure de Soi, qu’on le nomme le divin en soi, l’âme, l’atman, ou le guru intérieur. Celui-ci peut prendre diverses formes telles que celle d’un ange, un personnage saint, un maître spirituel, ou même se présenter sous forme de rayons lumineux (voir ci-haut le tableau du peintre Tanner) ou sans forme précise et vécue comme une expérience kinesthésique (sensation corporelle) ou auditive afin de nous livrer un message ou guidance intérieure.

Quelle que soit la manière dont il se manifeste à nous, le contact et la communication avec le Soi profond augmente notre capacité à vivre en harmonie avec les besoins et aspirations de notre âme.
C’est ainsi que la découverte et la connaissance de notre être profond, spirituel, nous éveille à une réalité plus complète et signifiante où l’extraordinaire côtoie le mystérieux et le miraculeux, et où « rien n’est impossible à Dieu ».

Dans l’histoire de l’art religieux, l’Annonciation fut la scène la plus illustrée par les artistes-peintres, c’est dire qu’elle offre de multiples possibilités à l’imaginaire, nous éveillant sans cesse au mystère de l’expérience humaine et divine. Cette scène nous invite ainsi à expérimenter la réalité spirituelle sous-jacente au monde visible, nous appelant, à l’instar de Marie, à suivre la voie royale de la réalisation de notre Soi profond, divin.

Om Shanti
© Christina Sergi Ph.D., yogacharya
Auteure, enseignante-formatrice
cs@christinasergi.com www.christinasergi.com 450-471-0792